Les Partenaires officiels

Le Club des partenaires du FNTR

est composé des entreprises du secteur qui soutiennent le FNTR

Vous aussi participez au FNTR 2012

  VIVEMENT RECOMMANDÉ !

RÉSERVEZ VOS CONFÉRENCES ! 

Espace accessible aux handicapés

Venez au FNTR en covoiturage !

E-tourisme - E-business
E-tourisme - E-business

Le Forum National du Tourisme Responsable, un rôle majeur d'information et de sensibilisation

FORMAT : Forum avec ateliers réservés aux intervenants, conférences / débats, et animations, pour faire réfléchir ensemble acteurs et consommateurs et organiser un lieu de rencontre entre l'offre et la demande

 

DURÉE : 2 JOURS + 1 journée organisée sur le terrain

 

HORAIRES : 8h30 – 19h30

 

Horaires des conférences : 9h00 – 12h30 et 14h00 – 17h00

 

Ateliers pratiques, espaces dédicaces, animations : 17h 30 -19h30 (voir programme animations)

 

Journée d'application sur le terrain : Départ à 9h30 de L'Université de Montpellier 2 (Inscriptions préalables indispensables)

 

2 APPROCHES :

 

GRAND PUBLIC destinée à un public de citoyens voyageurs et d'étudiants, sensible au développement durable pour informer, renseigner et sensibiliser à ces différentes approches de tourisme responsable en leur permettant de rencontrer les principaux acteurs du secteur, tant universitaires, experts, que professionnels.

 

PROFESSIONNELLE destinée aux acteurs professionnels et institutionnels pour présenter, comparer et évaluer les méthodes et impacts des différentes approches.

Des formes de collaboration peuvent-elle être envisageables entre secteur privé, secteur institutionnel et secteur associatif ? Où en sont leurs avancées en matière de tourisme responsable ?

 

CONTENU : Conférences, débats, projections de reportages et documentaires, animations ludiques et pédagogiques complétées de sorties sur le terrain encadrées par des accompagnateurs en montagne 

 

DATE : 30 novembre au 2 Décembre 2012

 

LIEU : Montpellier - Université Montpellier 2

Définitions

Le Tourisme responsable est entendu comme l'application du développement durable au secteur du tourisme. Ainsi il désigne toute forme de développement, d’aménagement ou d’activité touristique qui respecte et préserve à long terme les ressources naturelles, culturelles et sociales en contribuant de manière positive et équitable au développement et à l’épanouissement des individus qui vivent, travaillent et séjournent dans ces espaces.

 

Il fait appel à la responsabilité qui incombe tant aux professionnels du tourisme (agences, tour-opérateurs, hôteliers, transporteurs, guides...) qu'aux voyageurs de respecter les équilibres naturels et sociaux des territoires visités, tout en participant au développement économique des populations qui y vivent et les accueillent.


Il concerne aussi bien la RSE (responsabilité sociale et environnementale) des acteurs du tourisme que les attitudes et comportements des touristes.

 

L'écotourisme consiste à organiser des voyages dont  la principale motivation est d’observer et d’apprécier la nature ainsi que les cultures traditionnelles qui règnent dans les zones naturelles. Il comporte une part d’éducation et d’interprétation tout en favorisant la protection de ces zones naturelles.

 

Le tourisme équitable et solidaire vise à impliquer directement les populations locales dans l'élaboration des séjours touristiques de manière à ce qu'elles bénéficient de revenus plus équitables et parviennent à financer, grâce à un reversement solidaire (un % du prix du voyage), des projets de développement destinés à améliorer leurs conditions de vie.

 Concrètement, il s'agit de voyages en petits groupes, éloignés des grands centres touristiques,  qui permettent de plonger dans le quodidien d'un pays en favorisant des conditions réellement privilégiées de rencontre et l'échange avec les habitants. Les voyageurs sont accueillis chez l'habitant ou dans des hébergement proches et dynamisent ainsi l'économie locale. Ces voyages se déroulent dans le respect des habitants, de leur culture et de l’environnement. 

 

Le tourisme participatif a pour objectif de faire participer la population d’accueil aux activités touristiques. Il s'adresse aux voyageurs qui souhaitent rencontrer les habitants, au-delà de toute relation marchande, pour découvrir une ville et un pays de l'intérieur. Il se développe dans les capitales et les grandes villes provinciales et rencontre de plus en plus de succès.

 

L'écovolontariat

« L'écovolontariat est une forme de tourisme écologique actif, responsable et solidaire où les écovolontaires participent à des missions ou programmes pour l'environnement, encadrés par des professionnels ou des bénévoles.

Outre l'aspect utile, l'écovolontaire peut en même temps approfondir ou partager ses connaissance sur la nature.

Durant leur volontariat, les écovolontaires soutiennent les professionnels de la nature dans leur travail de préservation de la biodiversité. » (source Ekopédia).

 

Objectifs

Animer un événement national sur le Tourisme Responsable

  • Organiser la RENCONTRE annuelle des acteurs du tourisme responsable, équitable et solidaire,
  • Valoriser l'OFFRE du tourisme responsable et faire EMERGER la demande du grand public en sa faveur,
  • Débattre des ENJEUX du tourisme responsable (labellisation/évaluation, production des voyages, impacts sur les territoires en France et dans les pays du Sud, rencontres interculturelles, développement économique, sensibilisation des voyageurs..) au travers de conférences, débats, documentaires, ateliers, etc...
  • Promouvoir l'IMPORTANCE d'un tourisme responsable, SENSIBILISER et INFORMER le grand public,
  • FEDERER les acteurs du tourisme responsable autour des véritables enjeux,
  • Permettre aux professionnels de mieux CONNAITRE les outils, méthodes et les fédérations existantes,
  • Favoriser les rencontres et encourager les SYNERGIES entre professionnels du secteur, acteurs institutionnels, collectivités locales et chercheurs
  • Inviter les MEDIAS à s'emparer du thème du tourisme responsable

Pour Qui?

Professionnels et grand public sensibles au tourisme responsable

  • Entreprises et associations du secteur du tourisme responsable, équitable et solidaire
  • Tours-opérateurs, agences de voyages de toute dimension
  • Le Grand public, en premier lieu les Voyageurs
  • Entreprises liées au secteur touristique (transports, promoteurs, hôteliers...)
  • Associations de défense de l'environnement, des consommateurs...
  • Associations représentatives des voyageurs (ABM, V.V.E...)
  • Associations représentatives du secteur touristique responsable (UNAT, ATES, V.V.E, ATR, Echoway, Archimède, CITR, ATD...)
  • Associations et organisations institutionnelles (ADEME, Comité 21, Atout France, ANMSM, ANEM, CDT, CRT...)
  • Syndicats professionnels (SNAV, CETO, SNAM, SNMSF...)
  • Représentants d'institutions territoriales (Conseil général, Conseil régional, MITRA, Parcs nationaux, régionaux...)
  • Les organismes de formation (CRET, AFRAT, CFAM...)
  • Les étudiants

Pourquoi?

Pour parler concrétement des enjeux du développement durable dans le secteur

Le tourisme, première industrie au monde avec plus de 900 millions de voyageurs internationaux, représente 12% du PIB mondial.

 

Source de revenus indispensables pour de nombreux pays, le tourisme peut également avoir des conséquences dommageables aussi bien sur l'environnement que sur les populations locales.

 

Depuis les années 80, des alternatives au tourisme de masse, visant à remettre de l'éthique dans le voyage, ont vu le jour et sont aujourd'hui regroupées sous les termes de tourisme responsable, équitable et solidaire (TRES). Alors que le développement durable est devenu un enjeu majeur pour notre planète, le TRES est plus que jamais un levier de développement qui mérite d'être mieux promu afin de faire évoluer les pratiques touristiques du grand public et des professionnels.


Quel impact a ce TRES sur les populations et les territoires ?

  • Quels sont ses apports concrets à ce jour ? Quelles sont ses avancées et ses difficultés ?
  • Quels rôles peuvent y jouer les collectivités locales, les institutions, les voyagistes ?
  • Qu'évaluent les labels de tourisme responsable, équitable et solidaire ? Comment sont impliqués les partenaires au Sud ?
  • Comment les consommateurs de voyages peuvent-ils faire leur choix ? Voyager et préserver l'environnement sont-ils compatibles ?
  • Voyages responsables et exigences de confort sont-ils conciliables ? Peut-on allier plaisir des vacances et démarche solidaire ?
  • Quelles collaborations possibles entre tour-opérateurs, associations et ONG locales ?
  • Comment susciter l'envie chez le grand public ?

 

Quel constat peut-on faire aujourd'hui ?

 

L'offre des petits opérateurs et associations engagées dans une réelle démarche doit impérativement gagner en visibilité et en crédibilité ;


L'information sur les initiatives engagées par les Comités départementaux et régionaux du tourisme doit être davantage relayée;

 

Les questions centrales relatives à l'impact de l'activité touristique, la sur- fréquentation de certains sites touristiques, la labellisation, les relations avec les autochtones, le juste prix des voyages, la sensibilisation des voyageurs sont souvent peu abordées et méritent d'être amplement débattues.

La communication relative à cette thématique doit être élargie

 

Il n'existe pas de véritable stratégie définie au niveau national et les compétences semblent réparties au sein de différents ministères. 

 

Des associations professionnelles d'envergure nationale agissent sur ces thématiques depuis 2006 :

 

Pourquoi Montpellier ?

Montpellier est une ville qui s’engage :

Montpellier a récemment rejoint le réseau “Global Partnership on Cities and Biodiversity” de la CDB, afin de partager toutes les avancées en matière de développement urbain respectueux de la biodiversité.

Montpellier est déjà reconnue par les plus hautes instances internationales. Elle est membre de la Convention sur la diversité biologique de l’ONU et s’est engagée aux côté de Montréal, Bonn, Curitiba, Singapour et Nagoya à « penser global et agir local » en matière de biodiversité.

 

Capitale française et européenne de la biodiversité 2011

La ville de Montpellier a reçu deux distinctions prestigieuses : « Capitale française de la biodiversité 2011 », de Natureparif, et « Capitale européenne de la biodiversité», mention décernée par la Commission européenne à travers le programme Life +. Ces deux concours récompensent les collectivités locales les plus actives qui s’engagent dans la préservation de la biodiversité aussi bien que leur patrimoine bâti.

Organisée par Natureparif, l’opération avait pour thème en 2011 « Biodiversité et planification urbaine » et mettait à l’honneur les politiques visant à protéger le patrimoine naturel autant que le bâti. Le jury a apprécié les outils innovants développés par la capitale languedocienne pour intégrer la nature et la biodiversité dans le tissu urbain : le réseau vert et les friches urbaines, la construction d’un jardin en 24 heures et le guide AURA.

Ces deux concours démontrent que les villes sont des actrices incontournables de la protection de la biodiversité et des milieux naturels. Un rôle qui leur a été reconnu officiellement au niveau international lors du sommet de Nagoya au Japon en octobre 2010.

 

Une ville facilement accessible

Marseille se trouve à 1h30 de Montpellier, Lyon à moins de 2h00, Toulouse à 2h15 mn. Paris est reliée en 3h30 grâce au TGV, et Barcelone se trouve à 4h15 mn.

Un pôle universitaire ouvert sur l’international

AGROPOLIS

Agropolis est un pôle international de recherche et d'enseignement supérieur agronomiques :

•associant les établissements publics de recherche et d'enseignement supérieur de Montpellier et de la région Languedoc Roussillon en partenariat avec des établissements étrangers et internationaux, les collectivités territoriales et des entreprises privées.

•ayant pour principal objectif le développement économique et social des régions méditerranéennes et tropicales.

http://www.agropolis.fr/

 

 

Géosciences pour une Terre Durable

Le BRGM, établissement public de référence

dans le domaine des sciences de la Terre dans le domaine des sciences de la Terre

http://www.brgm.fr/

 

Cirad : Centre de Coopération Internationale en Recherche Agronomique pour le Développement

http://www.cirad.fr/

 

Université Montpellier 1

http://www.univ-montp1.fr

 

Université Montpellier 2

http://www.univ-montp2.fr

 

Université Montpellier 3 Paul Valéry

http://www.univ-montp3.fr

 

 

 

En savoir plus sur Montpellier